Les épreuves de dépistage de l'arsenic dans divers produits permettent de déterminer qu'il n'y a aucun risque pour la santé des consommateurs

Le 18 novembre 2013, Ottawa : Dans le cadre des analyses régulières effectuées par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) sur divers produits alimentaires, une étude publiée aujourd'hui a révélé que tous les échantillons de riz et de produits du riz, de céréales pour petit déjeuner ou pour nourrissons, de produits de fruits, d'eau embouteillée et de produits l'algues soumis à des épreuves de dépistage de l'arsenic ne posent aucun danger.

L'ACIA a analysé en tout 1 071 échantillons d'aliments importés et d'origine canadienne, dont 280 échantillons de riz et de produits du riz, 355 de céréales pour petit déjeuner ou pour nourrissons, 251 de produits de fruits, 95 d'eau embouteillée et 90 de produits l'algues. Tous les échantillons ont été analysés afin de déterminer la teneur totale en arsenic ainsi que les concentrations de divers composés organiques et inorganiques.

L'étude de 2010-2011 a permis de déterminer que la plupart des produits (1 034 des 1 071 échantillons, soit 96,5 %) contenaient des concentrations détectables d'arsenic. Toutefois, cela n'était pas inattendu puisque l'arsenic est un élément présent à l'état naturel en petites quantités dans le sol, la roche, l'eau et l'air. La présence d'arsenic dans les aliments et l'eau est généralement considérée comme étant une accumulation normale de l'environnement et les concentrations en arsenic dans les aliments sont habituellement faibles.

À l'heure actuelle, le seuil de tolérance établi pour l'arsenic dans le jus de fruit, le nectar de fruit, les boissons prêtes à servir et l'eau contenue dans des récipients scellés, à l'exception de l'eau minérale et de l'eau de source, est de 0,1 ppm. Santé Canada se penche actuellement sur ce seuil.

Lorsque des concentrations élevées d'arsenic sont décelées, Santé Canada peut effectuer une évaluation afin de déterminer si les concentrations détectées posent un risque pour la santé, selon la concentration, la fréquence d'exposition prévue et la contribution au régime alimentaire. Ces facteurs aident l'ACIA à déterminer si d'autres mesures sont requises, telles que la saisie du produit ou un rappel d'aliments.

Dans le cadre de cette étude, les échantillons dans lesquels les concentrations étaient supérieures aux limites établies ont été évalués et il a été déterminé qu'aucun d'entre eux ne devrait poser un risque pour la santé des consommateurs. Il n'y a eu aucun rappel.

De plus amples renseignements sur cette étude sont disponibles dans le site Web de l'ACIA.

- 30 -

Demandes de renseignements des médias

Agence canadienne d'inspection des aliments
Relations avec les médias : 613-773-6600
Date de modification :