Avis d'entretien

L'entretien du réseau, prévu de 13:00 h à 14:00 h (heure normale de l'Est) le 17 decembre pourrait causer des interruptions à l'accès des sites du web et des applications de l'ACIA. Nous vous remercions de votre patience.

Les chroniques de l'ACIA

Édition 3 – Octobre 2017

Une bannière affichant le texte Les chroniques de l'ACIA au milieu. La bannière est composée de trois images côte à côte, y compris des mains tenant une laitue, un poulet et des aliments en train de cuire dans une poêle.

Tuberculose bovine : un adversaire coriace

Une grange rouge avec un silo

L'automne dernier, les producteurs bovins de l'Ouest canadien ont été frappés par le défi consistant à combattre un vieil ennemi – la tuberculose bovine.

Il y a eu confirmation d'une infection à la tuberculose bovine chez une vache provenant d'un troupeau canadien lorsque cette dernière a été abattue dans un établissement aux États-Unis. L'industrie s'est préparée à prendre des mesures robustes, mais nécessaires, pour éviter la propagation de la maladie, protéger les troupeaux canadiens et conserver l'accès aux marchés internationaux.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) a lancé une enquête en trois étapes. Premièrement, limiter la propagation potentielle de la maladie en identifiant la ferme d'origine et en mettant en places des mesures de contrôles et de quarantaine dans cette dernière et dans d'autres lieux connus pour avoir été en contact avec le troupeau infecté. Le troupeau infecté et plusieurs autres troupeaux à risque élevé qui se sont mélangés dans la communauté ou qui ont partagé des pâturages ont fait l'objet d'analyses et ont été détruits, et les propriétaires ont été dédommagés.

Ensuite, les enquêteurs ont identifié tous les autres animaux qui ont quitté le troupeau infecté au cours des cinq dernières années (l'étape du « dépistage »). Ces animaux ont été mis en quarantaine, ont fait l'objet d'analyses et ont tous reçu un résultat négatif pour la tuberculose bovine.

À ce jour, il y a eu six cas confirmés de tuberculose bovine, tous provenant du troupeau original infecté, mais il y a eu des répercussions importantes sur les producteurs dont les activités agricoles ont été interrompues et, dans certains cas, dévastées par la perte de troupeaux assemblés sur plusieurs générations.

L'été 2017 a vu le début de la troisième étape de l'enquête de l'ACIA, qui comprend des activités de « retraçage ». Ces activités sont conçues pour identifier les troupeaux qui ont fourni des animaux au troupeau infecté au cours des cinq dernières années. Les analyses se poursuivront au cours de l'automne 2017 et viseront à déterminer la façon dont la maladie a été introduite dans le troupeau infecté. Les analyses sur la ferme devraient être en grande partie terminées d'ici la fin de l'année. Bien qu'essentielle à l'enquête générale et au Programme d'éradication de la tuberculose bovine du Canada, il est possible que la source de l'infection ne soit jamais découverte.

Collaboration

La tuberculose bovine est une maladie complexe; les animaux infectés ne présentent souvent aucun symptôme et la maladie peut demeurer latente pendant des années. Cela n'empêche pas l'ACIA de faire tout en son pouvoir pour réduire le risque d'éclosions supplémentaires et de s'assurer que les marchés étrangers demeurent ouverts aux producteurs canadiens.

Le Canada est reconnu à l'échelle mondiale comme ayant un solide système de santé des animaux et de salubrité des aliments. Cette éclosion de maladie démontre l'importance d'avoir un solide système de traçabilité. L'ACIA collabore avec l'industrie du bétail, les provinces et les territoires, et Agriculture et Agroalimentaire Canada pour améliorer la réglementation de traçabilité et pour encourager les producteurs, les fermiers et les exploitants à identifier les animaux, les lieux et à indiquer les déplacements des animaux. Ces mesures facilitent et accélèrent le retraçage des animaux au cours d'éclosions de maladies et soutien une amélioration de la salubrité alimentaire à toutes les étapes de la production. Il s'agit de points importants pour la santé des animaux et l'économie du Canada. La réputation de salubrité alimentaire et la qualité du bœuf canadien sont des éléments clés de l'ouverture et du maintien de l'accès aux marchés d'exportation.

Abonnez-vous aujourd'hui!

Tenez-vous au fait du changement qui a lieu à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Abonnez-vous à notre service listserv d'avis par courriel sur les initiatives de modernisation pour des mises à jour concernant les prochaines éditions de ce bulletin.

Encadré sur le côté – Le saviez-vous?

« Demandez à l'ACIA » est votre point d'entrée unique pour poser vos questions sur les exigences réglementaires actuelles. Depuis juin 2016, on a répondu à plus de 1 500 questions sur la réglementation. « Demandez à l'ACIA » est disponible à la plupart des entreprises y compris celles qui sont dans les secteurs suivants : poissons et fruits de mer, produits laitiers, fruits et légumes frais et transformés, produits de l'érable, miel et œufs et produits d'œufs. Avez-vous une question sur la réglementation? Demandez à l'ACIA.

Possibilités de consultation et de mobilisation

La consultation est une activité clé de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Elle appuie un gouvernement ouvert et transparent. Nous vous encourageons à consulter la liste complète des possibilités de consultation et de mobilisation, informez-vous et faites connaître votre opinion.

Questions ou suggestions

Si vous avez des questions au sujet des exigences réglementaires ou d'autres questions techniques concernant votre entreprise, veuillez visitez « Demandez à l'ACIA ».

Si vous avez des questions au sujet d'un des articles dans Les chroniques de l'ACIA ou si vous aimeriez suggérer un article pour les prochaines éditions, veuillez nous faire parvenir un courriel à l'adresse CFIA-Modernisation-ACIA@inspection.gc.ca.

Éditions précédentes

Date de modification :