À quoi devez-vous vous attendre si votre exploitation est fait partie de l'enquête en raison de la tuberculose bovine?

La tuberculose bovine

La tuberculose bovine est une maladie bactérienne contagieuse chronique du bétail et, occasionnellement, d'autres espèces de mammifères; elle résulte d'une infection par Mycobacterium bovis (M. bovis).

La bactérie associée à la maladie peut rester dormante durant des années chez un animal infecté sans causer de signes cliniques ni de maladie évolutive, ne se réactivant qu'à l'occasion de périodes de stress ou avec l'âge. Quand la maladie devient évolutive, cela se traduit généralement par de plus grandes lésions qui peuvent se produire dans une variété de tissus, notamment dans les ganglions lymphatiques de la tête et du thorax, les poumons, la rate et le foie. Les signes cliniques incluent alors la faiblesse, la perte d'appétit, la perte de poids et une fièvre fluctuante. Si les poumons sont très atteints, il peut y avoir des quintes de toux intermittentes.

Les animaux souffrant de la maladie évolutive excrètent la bactérie dans les secrétions et les aérosols respiratoires, les matières fécales, le lait et parfois l'urine, les secrétions vaginales ou le sperme. La maladie peut ainsi se propager de diverses façons, le plus souvent par l'inhalation des microgouttelettes dans les aérosols d'animaux infectés et par l'ingestion d'eau et d'aliments contaminés.

Détection de la tuberculose bovine au Canada

Après presque un siècle d'efforts, d'investissements financiers et d'étroite collaboration de la part des diverses parties prenantes des gouvernements fédéral et provinciaux et de l'industrie, le Canada a fait de grands progrès vers l'éradication. Une surveillance continue pour détecter tout nouveau cas de tuberculose bovine au sein des troupeaux permet au Canada de maintenir son statut durement acquis concernant la tuberculose et joue un rôle dans le maintien et l'ouverture de l'accès aux marchés pour le bétail et les produits du bétail canadiens. La tuberculose bovine étant une maladie à déclaration obligatoire au Canada, les producteurs et les vétérinaires doivent déclarer tout cas de tuberculose bovine suspecté à l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). L'ACIA effectue une surveillance continue dans les abattoirs fédéraux, où 95 % de tous les animaux commerciaux sont abattus et inspectés. Toute lésion semblable à des lésions tuberculeuses dans les ganglions lymphatiques et les poumons est soumise à une analyse dans le but d'écarter la tuberculose bovine. Tous les cas suspects ou avérés donnent lieu au retracement des animaux depuis l'abattoir jusqu'au troupeau d'origine pour approfondir l'enquête et, si la maladie est confirmée, procéder à des activités d'éradication de la maladie. Finalement, des tests de dépistage sur le bétail sont effectués sur les lieux mêmes de l'exploitation dans certaines situations à risque élevé, entre autres dans les régions où des animaux sauvages infectés peuvent transmettre la maladie au bétail. Reportez-vous au document Faune sauvage – Fiche de renseignements.

Soupçon de tuberculose bovine

Lorsqu'il est justifié de suspecter un troupeau d'être infecté par la tuberculose bovine, l'ACIA prend des mesures pour enquêter sur la situation et, si la maladie s'avère présente, pour l'éradiquer. Bien que toutes les situations d'enquête et les mesures prises soient différentes, les étapes respectées incluent habituellement les suivantes :

  • Mise en quarantaine
  • Enquête
  • Destruction et élimination
  • Nettoyage et désinfection
  • Indemnisation

Il est important de noter que les cas de tuberculose bovine au Canada sont aujourd'hui rares et que, par conséquent, la majorité des enquêtes servent en définitive à écarter la présence de cette maladie. Les enquêtes restent cependant importantes pour assurer une détection rapide de la maladie et son éradication, et empêcher son établissement et sa propagation, le cas échéant.

Mise en quarantaine

Lorsqu'on suspecte l'infection de votre troupeau par la tuberculose bovine, un représentant officiel de l'ACIA (en général, le vétérinaire de district) visite vos installations pour vous rencontrer. Des mesures de restriction des déplacements seront alors peut-être imposées à votre établissement à titre de précaution pour empêcher la propagation de la maladie d'un troupeau à un autre en cas d'éventuelle infection. On vous remettra des documents indiquant les règles de la quarantaine, on vous expliquera vos responsabilités et on répondra à vos questions.

En quarantaine, aucun bovin d'élevage, aucun produit du bétail, ni aucun sous-produit du bétail (par exemple, le fumier) ne peuvent entrer ni quitter la propriété sans l'autorisation de l'ACIA.

Pendant que votre propriété est en quarantaine, vos responsabilités peuvent inclure les suivantes :

  • installer des clôtures et des barrières autour de l'exploitation pour contrôler le déplacement des animaux et des produits d'origine animale;
  • informer toutes les personnes qui entrent dans l'exploitation que celle-ci est sous quarantaine;
  • signaler tous les animaux malades et moribonds et tous les animaux s'étant échappés de l'exploitation;
  • nettoyer et décontaminer tous les outils et l'équipement qui pourraient avoir été exposés à des animaux de l'exploitation infectés.

Si la tuberculose bovine est écartée par des analyses et des enquêtes subséquentes, la quarantaine préventive est levée, et aucune autre action n'est prise.

Enquête

Le vétérinaire de l'ACIA débutera l'enquête en posant une série de questions sur la santé de votre bétail et les pratiques de gestion en place. Il offrira des conseils et produira un rapport sur l'incident au sein de votre troupeau. Pour aider le personnel de l'ACIA à mener son enquête, on pourra vous demander de fournir les renseignements suivants sur votre entreprise et la façon dont elle est administrée :

  • description détaillée des pratiques de gestion de l'exploitation, y compris un plan de biosécurité;
  • registre d'inventaire du troupeau (p. ex. naissances, acquisitions, ventes, mortalités, production, prises d'aliments et d'eau);
  • registres vétérinaires et rapports de laboratoire;
  • registres de déplacement des animaux entre les installations et les foires, les expositions, etc.;
  • plan de l'exploitation;
  • coordonnées du vétérinaire qui soigne les animaux de l'exploitation.

À cause du défi que représente la détection de la tuberculose bovine chez les animaux vivants, l’enquête peut inclure des tests de dépistage à la ferme de différents types. C’est la relation entre votre troupeau et le troupeau infecté qui déterminera quels types d’analyses seront effectués.

Tous les bovins seront soumis à une épreuve cutanée de tuberculination et à des analyses sanguines, comme l’exige la certification de votre troupeau et les résultats de l’épreuve de tuberculination.

Les épreuves cutanées de tuberculination sont actuellement utilisées dans le monde entier pour dépister la tuberculose bovine, et elles constituent la norme acceptée internationalement pour la détection de l’infection chez les bovins et les cervidés.

Avant d’établir le calendrier des prélèvements et des analyses, l’ACIA vous fournira un complément d’information sur les tests qui seront utilisés pour votre troupeau.

Si les prélèvements et analyses effectués sur place ne permettent pas d’exclure la présence de la tuberculose bovine, tout animal qui aura réagi aux épreuves fera l'objet d'une ordonnance de destruction (avec indemnisation) pour subir une épreuve de confirmation. L'animal est dans ce cas soumis à un examen post-mortem approfondi, suivi d'un examen et d'une analyse en laboratoire des anomalies observées et des tissus sains prélevés.

Votre collaboration ainsi que celle de toute autre partie concernée est essentielle à la réussite de l’enquête.

Indemnisation

En vertu de la Loi sur la santé des animaux, l'ACIA peut indemniser les propriétaires d'animaux et d'objets dont elle a ordonné la destruction dans le cadre d'une enquête ou d'une intervention en cas de maladie. Les indemnités sont déterminées en fonction de la valeur marchande des animaux et des objets détruits, jusqu'à concurrence d'un montant maximal établi par réglementation, moins la valeur de toutes les carcasses vendues à l'abattoir. Pour en savoir davantage sur le processus d'indemnisation, consultez la page intitulée Indemnisation en santé animale : à quoi s'attendre lorsqu'un animal fait l'objet d'un ordre de destruction?

Confidentialité

Conformément aux dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels et d'autres lois fédérales, l'ACIA doit protéger les renseignements de nature personnelle qu'elle recueille. Toute l'information que vous fournissez au cours d'une enquête ou d'une intervention de lutte contre la maladie est traitée comme étant confidentielle, à moins d'indications contraires.

Pour en savoir davantage sur la tuberculose bovine

Pour en savoir davantage sur l'approche du Canada en matière de lutte contre la tuberculose bovine et d'éradication de cette maladie, communiquez avec l'ACIA en composant le 1-800-442-2342/ATS 1-800-465-7735.

Date de modification :