Activités de retraçage en amont de la tuberculose bovine

L'ACIA a abattu le troupeau infecté et les animaux présentant les risques les plus élevés qui ont côtoyé le troupeau infecté. Six cas de tuberculose bovine ont été confirmés dans le troupeau de référence.

L'ACIA a aussi identifié les animaux qui ont quitté le troupeau infecté au cours des cinq dernières années (animaux retracés) de façon que ces animaux puissent être détruits et que leurs troupeaux puissent être mis en quarantaine et faire l'objet d'analyses. Les tests de dépistage visant les animaux retracés sont en grande partie terminés, et aucun autre cas n'a été découvert à ce jour.

La prochaine étape de l'enquête sur la tuberculose bovine portera sur les troupeaux exposés. Ce feuillet de renseignements décrit l'importance de l'étape des activités de retraçage en amont.

Que sont les troupeaux exposés et les activités de retraçage en amont?

  • Les troupeaux exposés sont des troupeaux dont les animaux ont été introduits dans le troupeau infecté au cours des cinq dernières années.
  • Les activités de retraçage en amont visent à identifier les animaux qui pourraient avoir été à l'origine de la maladie.
  • La tuberculose bovine est une maladie contagieuse qui se propage au contact d'animaux infectés, le plus souvent par l'inhalation de microgouttelettes. Il est aussi important de souligner que la maladie peut être transmise au bétail par la faune ou par une personne infectée qui est constamment en contact direct avec le bétail.
  • La bactérie associée à la maladie peut rester dormante durant des années chez un animal infecté sans causer le moindre symptôme. Par conséquent, les activités de retraçage en amont et en aval visent les animaux qui pourraient avoir été en contact avec des animaux infectés au cours des cinq dernières années.
  • Tous les animaux du troupeau exposé sont mis en quarantaine au moment du dépistage pour éviter le déplacement des animaux pendant la première ronde des épreuves de dépistage.
  • Les mesures prises à l'égard des troupeaux exposés qui obtiennent des résultats négatifs aux épreuves de dépistage et à la première ronde d'analyses de laboratoire seront levées environ un mois après la mise en quarantaine. Les exploitations avec des animaux individuels qui nécessitent tous les niveaux de dépistage afin de confirmer l'absence de la maladie resteront en quarantaine pour une période d'environ quatre mois.

Quelle forme les activités de retraçage en amont prendront elles dans le cadre de cette intervention?

  • Les tests de dépistage ont débuté chez les troupeaux exposés (troupeaux dont des animaux ont été introduits dans le troupeau infecté au cours des cinq dernières années), et la majorité des tests à la ferme devraient être terminés d’ici le 31 décembre 2017.
  • La plupart des mises en quarantaine devraient durer environ quatre semaines.
  • On s’attend à ce qu’environ 15 000 animaux soient mis en quarantaine au cours de la période de dépistage. De ce nombre, environ 50 animaux devraient faire l’objet d’une ordonnance de destruction (avec indemnisation) et subir d’autres analyses. Dans le cadre des activités de retraçage en aval, plus de 500 animaux ont fait l’objet d’une ordonnance de destruction.

Pourquoi doit on mener des activités de retraçage en amont?

Déterminer la source d'une infection

  • Bien qu'il ne soit pas toujours possible de déterminer avec exactitude la source d'une infection, les activités de retraçage en amont permettent de réduire le risque de la présence non détectée de la tuberculose bovine dans la population d'animaux d'élevage au Canada.
  • Les activités de retraçage en amont peuvent aussi aider à établir si le programme de tuberculose bovine doit être modifié dans certains domaines, comme le contrôle des importations, à améliorer les mesures de biosécurité et à gérer les risques que peuvent poser des animaux sauvages infectés.

Protéger les animaux en limitant la propagation de la maladie et en l'éliminant

  • L'ACIA a pour mandat d'empêcher l'introduction et la propagation de maladies à déclaration obligatoire chez les oiseaux et les bovins d'élevage canadiens.
  • Le programme canadien d'éradication de la tuberculose bovine protège la santé des bovins et d'autres animaux d'élevage en diminuant le risque d'exposition à la maladie.
  • Le dépistage est le seul moyen d'éliminer les animaux pouvant être à l'origine de l'infection et de réduire le risque d'éclosions supplémentaires.
  • La maladie est lente et peut se développer pendant plusieurs mois ou plusieurs années avant de tuer un animal infecté. Elle peut également rester dormante pendant des années chez un animal infecté sans causer le moindre symptôme. L'animal peut donc transmettre la maladie à ses congénères avant même de présenter des signes de maladie.

Maintenir l'accès aux marchés d'exportation

  • Le Canada exporte environ la moitié du bœuf qu'il produit, les États-Unis étant son plus gros client. Le bœuf canadien est vendu dans plus de 70 pays du monde entier.
  • Le statut « indemne de tuberculose bovine » du Canada favorise l'accès aux marchés des animaux et des produits de bœuf canadiens pour un secteur qui rapporte plus de 20 milliards de dollars annuellement à l'économie canadienne.
  • Une intervention efficace en cas de maladie joue un rôle important dans le maintien de l'accès aux marchés.

Satisfaire aux obligations canadiennes auprès de l'OIE

  • Reconnue internationalement comme une maladie grave, et désignée comme telle par l'Organisation de la santé animale (OIE), la tuberculose bovine est une maladie à déclaration obligatoire au Canada en vertu de la Loi sur la santé des animaux.
  • En tant que membre de l'OIE, le Canada respecte les codes de l'OIE, dont le Code sanitaire pour les animaux terrestres qui est utilisé par les autorités vétérinaires des pays importateurs et exportateurs pour prévenir la transmission de la maladie en raison du commerce international des animaux.
  • Une fois l'enquête terminée, le Canada prépare un rapport d'enquête sur l'éclosion afin d'informer les partenaires commerciaux de la mise en œuvre de mesures appropriées pour lutter contre la maladie et indique la source de l'éclosion, si celle-ci a été établie.

Maintenir la réputation du Canada et de l'ACIA à titre d'organisme de réglementation à vocation scientifique

  • L'ACIA est respectée partout dans le monde à titre d'organisme de réglementation à vocation scientifique, grâce à son système fondé sur des normes rigoureuses pour prévenir l'introduction et la propagation de maladies animales.
Date de modification :